12 agences au sud de Paris pour acheter, vendre, louer, gérer
2 Mai

Le point sur les préoccupations des acquéreurs pour une maison en vente à Le Plessis-Robinson

Vous aimeriez acheter une maison à Le Plessis-Robinson ? Toutefois, vous vous questionnez ? Alors que la crise sanitaire perdure, est-il toujours possible d’obtenir un financement ? Et si oui, dans quelles conditions et à quel taux ? Faisons le point.

Le courtier Artémis Courtage peut en témoigner : les partenaires bancaires reprennent peu à peu l’examen de nouvelles demandes de crédit immobilier. Et il note que les interrogations des acheteurs changent. D’après leur dernière étude réalisée avec OpinionWay, « Les Français et l’immobilier pendant le confinement », ces derniers sont 74% à imaginer une hausse possible des taux de crédit immobilier.

Et leurs craintes sont fondées : début avril 2020, les banques ont augmenté leur taux de l’ordre de 0,15 à 0,5% pour tous les profils d’acquéreurs et pour tous les projets (résidence principale et secondaire, bien locatif). Cette décision est en lien avec la hausse de l’obligation assimilable au trésor (OAT) à 10 ans, indice de référence de l’évolution des taux de crédit, qui est passée de – 0,30% à + 0,10%.

Les Français redoutent aussi que les conditions d’obtention de crédit se durcissent après le confinement. Selon l’étude, 81% des personnes interrogées craignent effectivement que les institutions bancaires soient plus exigeantes pour accorder des prêts et 77% d’entre elles estiment que les délais pour les obtenir vont être plus longs.

Pour rappel, les conditions d’octroi de crédit s’étaient déjà durcies avant la crise sanitaire. En décembre 2019, le Haut Conseil de stabilité financière (HCSF) avait recommandé aux banques d’être plus prudentes dans l’attribution de prêts immobiliers en veillant à ce que le taux d’endettement des ménages ne dépasse pas 33% et en ne commercialisant plus de crédit de plus de 25 ans. Ces recommandations avaient entraîné un refus de financement pour un certain nombre de ménages. Dans ce contexte préoccupant, l’Association Professionnelle des Intermédiaires en Crédits (APIC) a donc demandé au HCSF de mettre entre parenthèses la mise en œuvre de ces consignes et d’étudier, avec l’ensemble des acteurs du logement, les mesures à mettre en place pour soutenir la reprise de l’activité à l’issue de la période de confinement.

C.V. / Bazikpress © Adobe Stock

Article précédent
Article suivant


Laissez un commentaire

Veuillez entrer votre nom et votre adresse e-mail. Votre adresse e-mail ne sera pas publiée