12 agences au sud de Paris pour acheter, vendre, louer, gérer
29 Nov

Profitez du dynamisme du marché pour acheter d’une maison en vente à Châtenay-Malabry

Vous aimeriez acheter une maison à Châtenay-Malabry ? Il s’agirait de votre 1er achat ? C’est le moment, n’hésitez plus ! Les primo-accédants, qui représentent 68% de la clientèle des courtiers, portent le marché immobilier.

En septembre, ce sont les taux sur 25 ans qui sont, à leur tour, passés sous la barre des 1%, avec 0,96% en moyenne. « La baisse continue des taux, et notamment sur les longues durées, a permis aux acheteurs de gagner en pouvoir d’achat et de poursuivre leurs rêves d’accession à la propriété », indique Philippe Taboret, Directeur Général Adjoint de Cafpi.
Le dynamisme du marché immobilier se traduit par une hausse de +12,5% du volume de dossiers de crédit traités en septembre par rapport à septembre 2018 (4 500 dossiers en septembre 2019 contre 4 000 dossiers traités un an plus tôt).

« L’équation est simple : la baisse des taux et le rallongement des durées observés depuis un an ont permis aux primo-accédants de conserver un pouvoir d’achat intéressant, les aidant ainsi dans l’achat de leur logement et renforçant de fait le dynamisme du marché immobilier », explique Philippe Taboret.

Par ailleurs, un collectif de professionnels a lancé un appel pour le rétablissement de l’APL accession, afin d’apporter une aide nécessaire aux ménages les plus modestes. « Il a été démontré que les ménages modestes qui ne peuvent plus accéder à la propriété à cause de la suppression de cette aide, sont restés locataires en profitant de l’APL location, représentant in fine un coût plus important pour l’État », affirme Philippe Taboret.

Seule ombre au tableau : alors que la barre du million de ventes dans l’ancien est déjà franchie, l’immobilier neuf connaît, lui, des difficultés. Avec la disparition prévue pour 2020 dans le projet loi de Finances, du PTZ neuf dans les zones B2 et C, le dynamisme du secteur ne devrait pas s’arranger. « Il faut au contraire accompagner la construction de logements neufs, car la concentration de la demande dans l’immobilier ancien crée un déséquilibre du rapport entre l’offre et la demande, entraînant une augmentation des prix », ajoute Philippe Taboret.

C.V. / Bazikpress © Adobe Stock

 

Article précédent


Laissez un commentaire

Veuillez entrer votre nom et votre adresse e-mail. Votre adresse e-mail ne sera pas publiée